Accueil, Nouvelle-Calédonie, Voyage

Week-end sur l’île des Pins

Si un jour vous souhaitez aller en Nouvelle-Calédonie, vous trouverez forcement une personne qui vous parlera de l’île des pins! Elle est  décrite comme un paradis sur terre, et moi qui n’ai pas eu la chance de vivre en Polynésie Française, c’est vraiment un des endroits les plus fou que j’ai vu. Cette couleur de l’eau et cette diversité de vie sous-marine, réunis dans un même endroit, c’est exceptionnel !  

Avant de commencer mon récit, je suis obligée de faire une petite aparté, car, encore une fois, que serait notre voyage sans une péripétie… Nous avons failli ne jamais y partir car, pile le jour de notre départ, il y avait grève d’avion… Il a fallu s’armer de patience pour trouver une alternative assez rapidement. Marion avait pris des jours de congés pour pouvoir y aller avec nous et il fallait que ça tombe un week-end pour que le père de Thomas vienne également. Après plus d’une heure à chercher une solution, nous avons choisi de reporter le séjour d’un jour afin que tout le monde parte en même temps, mais en bateau. Marion est donc retournée bosser (la pauvre elle s’était faite à l’idée d’un week-end de repos en famille) et elle a dû changer ces jours de congés. Malgré quelques petites frayeurs et des minutes de stress, nous avons fini par tous partir, sous un soleil de plomb (le bon côté des choses, c’est que le jour où nous devions initialement partir, il pleuvait des cordes ah ah).

Parlons maintenant de cette l’île des pins. Après un trajet de quelques heures en ferry, nous avons filé directement à l’endroit le plus emblématique de cette île : La piscine naturelle. Il faut environ une dizaine de minutes pour la rejoindre, par un sentier qui la longe, à l’ombre d’une végétation verdoyante. Même ici le paysage est déjà beau et lorsque vous arrivez, c’est à couper le souffle.. La piscine est un bassin taillé dans le corail et encerclé par des pins. Le sable est tellement blanc qu’il fait mal aux yeux, mais la vue est incroyable. Au loin, les vagues  viennent s’éclater contre les rochers qui ferment le bassin. Il y a peu de profondeur, c’est un bon endroit pour faire un peu de snorkelling et observer la vie sous-marine. Bon, je vous avoue que l’eau était vraiment fraiche (en même temps c’était l’hiver) mais impossible de partir d’ici sans avoir fait un plouf.

Nous avons ensuite pris un autre chemin menant à une autre plage qui elle aussi est vraiment sublime ! L’eau y est également très claire, même moins froide que de l’autre côté, et vous voyez des bans de poissons par millier ! Nous avons également eu la chance de voir un bébé raie. Nous avons continué notre chemin, le corps à moitié dans l’eau, vers le méridien pour rejoindre notre voiture. Là aussi, le paysage était vraiment incroyable. Nous avons tellement adoré cette piscine naturelle que nous y sommes revenus le dernier jour.

Nous avons fini la journée sur la plage que vous voyez lorsque vous arrivez avec le ferry. La Baie de Kuto. Encore une fois je n’ai pas besoin de vous décrire la beauté de la plage. Sincèrement je vais arrêter de vous dire ça à chaque phrase, car TOUTES les plages sur l’île des pins sont magnifiques.

Nous avons également fait un saut à la Baie de Kanuméro, qui se trouve juste en face de la baie de Kuto, et qui est connue pour son rocher Tabou. Ce rocher est très important dans la culture et les croyances de l’île. Seuls ses habitants ont le droit d’y monter dessus pour sauter dans le lagon. Il ne faut donc surtout pas s’y aventurer sans autorisation. C’est cependant celle que j’ai le moins aimée car la mer était très agitée et souvent à l’ombre.

Le lendemain, nous avons fait L’ACTIVITÉ qu’il ne faut absolument pas rater si vous venez sur l’île des Pins ! Nous l’avons fait avec l’agence Mana Nautique. Par contre, je m’excuse par avance, mais je n’ai absolument pas retenu le nom des îles où nous nous sommes arrêtés dans la journée…

Notre premier arrêt est le plus dingue : Les raies manta ! C’était le rêve de Thomas, et de sa sœur, de pouvoir nager avec elles et ils ont été servis (5 ou 6, par intermittence, rien que pour nous). Alors, ceux qui me connaissent savent ma phobie des profondeurs et des fonds sous-marins et il m’est IMPOSSIBLE d’aller dans l’eau si je ne vois pas mon orteil… Et bien j’ai combattu ma peur et je suis allée nager avec elles et j’ai vécu un moment incroyable !!! Nous étions sur le point de partir, vers notre prochaine étape, quand une raie est remontée vers le bateau. Personne n’avait eu la chance de les voir de prêt car elles étaient toujours très basses dans les profondeurs. Ni une ni deux, j’ai sauté dans l’eau (toute seule, sans rien y voir) et là, j’ai vécu une expérience que je ne pourrai jamais d’oublier… La raie remontait devant moi, en tourbillonnant et j’ai pu la voir en long, en large et en travers ! Elle devait être à quelques centimètres de moi, je n’osais même pas bouger tellement j’avais peur de lui faire peur….. ah ah ! C’est tellement majestueux et tellement LONG, bien plus long que mois avec sa longue queue ! Je criais dans mon tuba (je suis sûre que personne ne comprenait rien) tellement j’étais émue de vivre ce moment ! Thomas était choqué que j’y sois allée toute seule ! Mais bon au moment où j’ai réalisé que j’étais dans l’eau toute seule et que je ne voyais rien, il a quand même fallu vite me remonter………!

Deuxième arrêt : les tortues ! Et là encore… INCROYABLE ! Comme je le disais à la famille de Thomas, de toute ma vie je n’ai jamais, mais alors jamais, vu une eau aussi claire et un paysage aussi dingue ! On se serait cru dans une piscine au milieu du pacifique ! L’eau était translucide…La taille des tortues aussi, jamais vu d’aussi grosse, et là aussi j’ai vite sauté dans l’eau pour nager avec elles, car en plus d’avoir une eau claire au milieu de nulle part, l’eau était peu profonde !

Troisième arrêt : Une plage de sable blanc toujours aussi belle… J’ai été juste un tout petit peu déçu car à la base nous devions faire le fameux ban de sable Kutumuru. Mais, il a été fermé depuis peu, afin de préserver la faune et je le conçois tout à fait. Nous en avons profité pour faire nos petites photos de touriste !

Quatrième stop : Snorkilling pour essayer d’apercevoir des requins, mais ce fut un échec pour tout le monde. De plus le ciel commençait à s’assombrir et la mer à s’agiter. Nous avons quand même eu la chance d’apercevoir des dauphins qui jouaient devant notre bateau.

Dernier stop : l’îlot privée de Nuu-Ami (le seul nom dont je me souvienne), pour y manger. L’endroit a été transformé en un véritable camp avec des tables, une cuisine, des tentes… C’est une option que vous pouvez choisir lorsque vous réservez, vous avez le choix, entre des langoustes, du poulet ou du poisson. La sœur et le père a Thomas ont opté pour des langoustes, Thomas et son frère pour du poisson, et moi du poulet (oui je sais, je suis sur une île et je prend du poulet ! Je vous rassure je regrette d’avoir pris ça car les langoustes étaient vraiment bonnes) ! Nous avons fini la journée par faire le tour de cette île et nous sommes rentrés ensuite sous la pluie alors que nous avions eu un temps de fou.

Nous avons dit ensuite au revoir au père de Thomas, qui devait rentrer pour reprendre le boulot le lundi. Nous avons pu profiter de cette île encore deux jours de plus, tous les 4. Le lendemain, Marion et Mathias ont eu une session de plongée qui a duré une bonne partie de la mâtinée. Nous en avons donc profité, avec Thomas, pour aller visiter la baie de Saint-Maurice. C’est encore une endroit très beau, avec un monument qui vous accueille. Il commémore l’arrivée sur l’île des Pères Goujon et Chatelut, et du premier service catholique donné le 12 août 1848. Il est entouré d’une superbe palissade de totems de bois sculpté. Ces sculptures, faites par les clans de l’île, datent de 1987 et révèlent chacune un visage, une expression différente.  (bon j’avoue j’ai fait des recherches sur internet, je n’invente rien). Comparé aux autres endroits de l’île, ici il n’y avait PERSONNE ! Nous étions seulement tous les deux avec la plage pour nous.

Sur la route, nous en avons profité pour une faire une photo de l’église de Van, seul vrai village de l’île. La route, pour y venir, longe l’océan et offre de superbes points de vue sur les îlots et notamment sur l’îlot Brosse.

Le lendemain, avant de retourner à la piscine naturelle, nous en avons profité, à la demande de Marion, pour aller visiter l’îlot aux Crabes qui doit être très beau à  marée haute… Au moment où nous y étions, ce n’était pas le cas, et pour rejoindre l’eau il a fallu marcher sur un sable très glissant.

Notre voyage sur l’île des pins se termine avec des souvenirs et des images plein la tête. J’en garderai, comme tout le monde je pense, un souvenir incroyable ! Je suis vraiment contente d’avoir pu la visiter et d’avoir pu vivre de nouvelles expériences.

You may also like

Leave a Reply