Accueil, Indonésie, Voyage

Gili I love you !

Ah la,la… Que dire des îles Gili ! Je crois vraiment qu’avec Thomas, ce sont les îles que nous avons le plus adorés en terme de mix de tous ce qu’on aime retrouver en vacances.  Nous en étions tombés amoureux la première fois où nous étions allés avec mes parents et le charme a encore opéré ! Je ne saurai pas vous décrire ce qu’on ressent à l’arrivée sur ces îles, car il faut le vivre,vous vous sentez beaucoup plus apaisé, il y règne une atmosphère tellement cool et détendue. En plus, comme je vous le disais, ce n’était absolument pas la saison et il y avait vraiment pas grand monde par rapport à notre premier passage. Nous ne croisions presque personne à vélo (oui, car il n’y a pas de voiture ni de scooter sur ces îles, tout se fait à bicyclette ou en charrette) et les plages étaient tellement plus calme. Je pense sincèrement que cela est dû également au tremblement de terre qui a ravagé les îles en août dernier et qui a fait énormément de dégâts  …

Nous avons donc commencé nos 3 premiers jours à Gili Trawagan (déjà faite avec mes parents). Bon encore une fois, on se l’ait joué grand luxe… On a pris l’hôtel “le Pink Coco” qui porte bien son nom, car tout est rose, du transat à la douche, des serviettes de table à la brosse à dents, haha….!!! J’ai rarement fait un hôtel aussi ouff ! Sincèrement rien à redire, TOUT ÉTAIT PARFAIT ! Nous étions également placés au meilleur endroit pour les Sunset, avec la petite balançoire dans l’eau… Un petit déjeuner de malade, ou dirais-je, un brunch qui nous calait pour la journée et un service exceptionnel. J’ai l’impression de vous faire la pub de cet hôtel comme si j’étais sponsorisée, mais on a tellement adoré que j’ai envie de vous faire partager cette expérience !

Cette fois-ci on a mixé entre piscine et plage, car ici l’eau est turquoise et le sable blanc ! Par contre, le choc quand on a mis, pour la première fois depuis un moment, les pieds dans l’eau… Je ne me suis JAMAIS baignée dans une eau aussi CHAUDE que celle des Gili à cette période. Vous le croirez ou non, mais elle était tellement chaude et le soleil tapait tellement fort qu’il nous était impossible de rester dans l’eau plus de 5 minutes. Il fallait vite qu’on retourne sur nos serviettes à l’ombre pour trouver un peu de fraicheur… Du jamais vu ! Là je peux vous dire que c’était les vraies vacances ! Nous avons passé notre séjour à manger les pieds dans le sable et à mixer entre la piscine et l’océan.

Je tiens tout de même à faire une petite parenthèse suite au séisme qui a ravagé les Gili. Pour ceux qui y sont déjà allés, je suis sûre et certaine que vous préféreriez dix fois plus les Gili d’aujourd’hui que d’avant. Je dis ça, car lorsque nous étions avec mes parents, le moindre bout de sable était occupé par des bars ou les transats de chaque hôtel, ne laissant peu de place pour y poser sa serviette. C’était une ambiance beaucoup plus festive tout en restant calme à certains endroits. Depuis cette catastrophe, il n’y a plus aucune structure sur le sable, alors oui, je vous l’accorde, c’est beaucoup plus authentique et mieux pour l’environnement, mais l’ambiance n’est plus du tout la même… Le soir, il nous était très difficile de retrouver ces restaurants de poissons que nous avions tant aimés avec mes parents. Alors je pense que ça sera reconstruit au fil des années, mais c’est vrai que ça fait bizarre de voir deux aspects différents de l’île. Nous avons tout de même adoré rassurez vous !! Après, je ne vous cache pas non plus que l’île est en reconstruction, ce qui est normal après une telle catastrophe, et pas mal d’endroits sont fermés. D’ailleurs l’hôtel où nous séjournions venez d’ouvrir ses portes que depuis une semaine, avant notre arrivée, à la différence de celui où nous étions avec mes parents qui a été complètement dévasté… Ça nous a fait quand même un petit pincement au cœur, tant de souvenirs balayés aussi vite, c’est quand même touchant. Les fonds marins ont également subi un grand changement… Déjà que les balinais n’étaient très regardant sur l’environnement, mais là, avec le tremblement, il y a pas mal de déchets dans l’eau (je me suis retrouvée avec un sac en plastique devant le masque, pas très agréable), les coraux sont quasi tous morts et les poissons se font plus rares, malheureusement… Nous n’avons pas vu une seule tortue et c’est bien dommage. Malgré cette petite ombre au tableau, ça n’enlève rien à la beauté de l’île, bien au contraire !

Nous avons ensuite pris la direction de Gili air que nous n’avions pas eu la chance de visiter auparavant. Cette île est décrite comme le mix parfait entre Gili Trawagan la festive, et Gili Meno la sauvage, et je confirme totalement. Je ne sais pas si je préfère Gili air, mais j’y ai trouvé une certaine sérénité qu’on ne retrouve pas à Trawagan où vous avez beaucoup plus de charrettes dans la rue et de rabatteurs qui veulent absolument que vous veniez dans leur restaurant. Gili air est vraiment plus calme et parfaite pour un séjour en amoureux… L’eau y est tout aussi magnifique et les restaurants beaucoup plus tranquilles, sans une musique qui vous empêche de parler. Rien que d’en parler, j’ai envie d’y retourner car j’ai eu un réel coup de cœur pour cette île… On a d’ailleurs pratiquement fait le tour de celle-ci, tant elle est petite, et on pu profiter de ses différents attraits. L’ouest, pour les couchers de soleil, l’est, pour la baignade. Nous avons beaucoup plus profité de la plage, car le cadre reste vraiment paradisiaque, et nous avons plus privilégié l’île que l’hôtel, cette fois-ci.

La fin du séjour à Gili air ne s’est pas terminé comme nous le pensions… Cela faisait un mois qu’il n’avait pas plu au Gili et en fin de journée le ciel a commencé à se noirci. Une grosse pluie tropicale s’est abattue sur l’île,  avec énormément de vent, alors que nous étions entrain de prendre un verre au bord de la plage. Il a fallu vite courir dans un restaurant, pour se protéger, mais comme les pluies ici c’est pas le même délire qu’en France, c’est comme si vous preniez une douche. Les rues sont vites inondées et on s’est retrouvé la moitié des jambes dans l’eau pour revenir à l’hôtel… Je ne pense pas que la météo y soit pour quelque chose, mais ce même soir, lorsque nous attendions nos plats au restaurant, tout a commencé à trembler… Deux légères secousses qui n’ont pas duré très longtemps, mais assez pour nous faire paniquer. Je n’avais jamais vécu un tremblement de ma vie et je peux vous dire que ça surprend, vous imaginez vite le pire.. Nous savions, avant de venir aux îles Gili, qu’il pouvait y avoir des répliques suite au séisme d’août, mais nous ne pensions pas que ça arriverait au moment où nous étions sur l’île. Cette secousse était petite, car le séisme venait de Lombok et beaucoup plus au nord des îles Gili. Les deux derniers jours ont donc été un peu plus compliqués, de peur qu’un autre séisme est lieu et que cela déclenche un tsunami (problématique sur Gili air car il n’y a pas de montagne où grimper) et j’ai commencé à être très malade… Puis en pensant que nous ne subirions qu’un séisme, nous avons était très surpris d’en vivre un deuxième.. Et celui là pendant que nous dormions ! Et là je peux vous dire que ça a bien tremblé, on s’est levé en sursaut et Thomas m’a dit de me protéger. Mon premier réflexe a été de vite courir dehors, vers la piscine, comme la plupart des clients de l’hôtel (Thomas m’a suivi bien évidemment). Grosse frayeur, car celui-ci s’est fait beaucoup plus ressentir, malgré une magnitude moins importante, mais il était plus proche de notre île que le premier… Je peux vous dire que le départ le lendemain s’est fait avec hâte et soulagement, de peur d’en revivre un troisième et que ça devienne  beaucoup plus grave. Nous avons d’ailleurs appris ce jour là, que dans la nuit, un tsunami venait de dévaster l’île de Java et Sumatra suite à un tremblement de terre… C’est tellement triste de voir ce que ce pays subit depuis un an, mais c’est un pays tellement fabuleux qu’il restera tout de même attractif, malgré toutes ces catastrophes naturelles.

Je conclu cet article sur une note pas forcément très joyeuse, mais la beauté des paysages enlève totalement ces petits désagréments. Nous avons encore une fois passé une merveilleuse semaine aux îles Gili et j’espère avoir la chance d’y revenir une troisième fois, car ce sont des îles qui méritent vraiment le détour (et comme dit le dicton; jamais deux sans trois).

You may also like

Leave a Reply