Accueil, Fidji, Voyage

10 jours sur les îles Yasawas

Bonjour tout le monde, on se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article sur la suite de notre périple dans les îles Yasawas. Cela faisait déjà 3 mois que nous en rêvions, à voir des photos sur internet, et nous y sommes enfin… Un petit paradis perdu au milieu du pacifique à l’autre bout du monde !

Première île : Wayasewa Island

Après 3h de navigation, nous voilà enfin arrivés sur la première île de notre périple et sachez que lorsque vous arrivez il n’y a JAMAIS de port pour amarrer. Ce sont des petites îles, pas vraiment développées, et de plus vous êtes en pleine mer. Ce sont des petites embarcations, de l’hôtel, qui viennent vous récupérer. Et c’est là où vous rendez compte que selon le budget que vous avez décidé de mettre dans votre hôtel, la prestation n’est vraiment pas la même. Nous avons vu arriver des petits bateaux très sympathiques, avec des sièges pour s’asseoir et un pare-soleil pour se protéger. Contrairement à la Coral Coast, ici le soleil tape vraiment fort et il fait très chaud, et malheureusement aucun de ces bateaux n’étaient pour nous… Nous étions les derniers à embarquer sur une barque toute ridicule, avec nos valises qui ont été violemment balancées dedans, rien pour s’asseoir et tout ça dans de l’eau. Pour un début, pas tip top, et la suite du séjour n’a été en rien le rêve qu’on s’était imaginé…

Le point positif, c’est l’accueil que nous avons eu à notre arrivée sur l’île. Vous devez crier  » BULA « , qui veut dire bonjour en fidjien, et vous êtes accueillis, au bord de l’eau,  par une chanson de bienvenue par les employés de l’hôtel (plutôt sympa comme entrée mais vous verrez au fil de l’article que ça n’a rien de spontané, finalement). Ensuite, l’île en elle même n’avait rien d’exceptionnel comparé à ce que nous avions pu lire ou voir sur internet, donc un peu déçu. Et dans les aventures d’Ophélie et Thomas, ils nous aient encore arrivés des petites péripéties, nous n’avons, une nouvelle fois, pas eu la chambre que nous avions réservée sur Booking (l’hôtel dont je vous parle et le Naqalia Lodge). Nous avons hérité d’un « dépotoir ».. et de plus le patron de l’hôtel nous l’a vendu comme un surclassement. Pour nous doucher, un simple tuyau, alors que déjà au Fidji il n’y a pas d’eau chaude, et de plus Il n’y avait aucune pression !!! La chambre était sale, les rideaux ne servaient à rien, car tous troués, et nous étions collés aux habitations des employés de l’hôtel. C’est hôtel ,détenu par une grande famille fidjienne, ressemblait plutôt à un squatt. Thomas est allé faire une réclamation en disant que l’on n’avait pas réservé cette chambre et que nous souhaitions changer de suite. Evidemment il ‘n’y avait plus de place dans les bungalows, donc nous avons dû attendre le lendemain pour changer. Ils ont fait du surbooking et ils l’ont refait le lendemain avec un autre couple ! C’est honteux… De plus dans la description qu’ils ont mise de leur hôtel il y a écrit « Wifi dans tout l’établissement » et bien sûr c’était encore une fois un mensonge. Il s’agit d’un partage de connexion que vous fait le patron avec son téléphone. Donc autant vous dire que vous n’avez jamais la wifi et vous êtes coupés du monde pendant le séjour.

En compensation nous avons eu les repas gratuits, mais bon là aussi le sketch ! Déjà le petit déjeuner est servi de 7h à 8h et si vous le manquez, vous pouvez y faire une croix. L’heure c’est l’heure, on oublie les grasses matinées alors qu’on est censé être en vacance et se reposer… Je peux vous dire que nous y allions à 7h55, nous prenions le petit déjeuner avec nous et retournions dans la chambre ! Pour le repas du midi c’est un peu le même délire…  C’est de 12h à 13h, une cloche vous prévient que c’est prêt, allez les poules on rentre au poulailler. Vous n’avez pas le choix que d’être sur l’île, sinon vous pouvez faire une croix au repas ! Mais encore une fois l’hôtel s’arrange pour que les activités ne soient jamais de 12h à 13h et même si vous voulez faire autre chose que les activités de l’hôtel, vous ne pourrez pas car ce n’est pas écrit dans leur « tableau »…. Donc autant vous dire que vous êtes prisonnier de l’île ! Parlons du repas du soir… UNE ANGOISSE ! Vous ne me croirez jamais si je vous disais que nous avons eu la boule au ventre pendant 3 soirs! Si vous avez de la chance, vous avez une table pour deux, sinon vous êtes obligés de partagez une table avec les autres personnes de l’hôtel . Et là, le show commence… TOUT le repas, je dis bien TOUT le repas, vous avez la famille fidjienne qui ne cesse de chanter des chansons à un niveau sonore peu supportable ! Si vous n’applaudissez pas à la fin de leur chanson, il rechante la même une seconde fois… Le premier soir nous avons eu le malheur de se lever une fois notre repas fini (rappelons quand même qu’on est en vacance, pas à l’armée) et là, deux gros fidjiens (qui m’ont d’ailleurs fait peur) nous ont demandé assez violemment de nous rasseoir car ils nous avaient pas chanté la chanson de bienvenue.. Sauf que cette chanson ils nous l’ont chanté 2 fois d’affiliés car on ne criait pas assez fort « Bula » à la fin. C’était un véritable cauchemar ! Après la chanson de bienvenue, il y a la chanson de départ pour ceux qui s’en vont le lendemain… Attendez ce n’est pas fini, vous avez également un discours, puis le câlin de remerciement ! OH MY GOD ! Tout ce petit rituel est respecté à la lettre TOUS LES SOIRS et vous y avez droit chaque fois… Nous avons détesté séjourner dans cette hôtel et le mot est faible ! Nous ne voulions même pas y manger tellement nous appréhendions cette soirée.

Nous avons fini ce court séjour en apothéose ! Nous avons eu droit à la fameuse cérémonie du KAVA ……Il est inutile de vous raconter la soirée, aucun intérêt, je préfère vous raconter ce rituel dans le dernier hôtel que nous avons fait, qui est beaucoup plus sympa !

La seule chose positive de ce séjour, c’est la virée en bateau que nous avons faite sur un ban de sable à côté de l’île. C’était bien évidement prévu dans les activités mais avec la visite d’une école, d’un magasin…. Attrape touriste. Nous avons demandé à aller juste à cet endroit sans visiter ces bâtisses.

Seconde île : Nanuya Lailai

LA BEST ! Sincèrement quand nous sommes arrivés sur l’île, j’ai cru que j’étais en plein rêve ! Une eau cristalline, un lagon à la pointe de l’île et une étendue de sable blanc avec des palmiers partout… ENFIN CE QUE NOUS ATTENDIONS ! Vraiment nous étions hyper excités à l’idée de séjourner sur cette île. En plus l’hôtel était vraiment top (Le Boathouse), de vraies vacances comme on les attendait. Sincèrement nous avons adoré séjourner sur cette île et de toutes celles que nous avons visitées, c’est celle que nous avons préférée. Un petit coin de paradis sur terre ! Nous avons eu beau temps pendant ces 4 jours et le point positif, c’est que le côté de l’île où nous étions n’était pas exposé au vent par rapport aux autres. Il a fait très chaud, nous nous sommes baignés tous les jours, nous avons fait du snorkelling, nous avons bronzé.. Et ça fait vraiment du bien ! Cette île est d’ailleurs réputée pour son Blue lagon et de nombreux bateaux viennent chaque jour pour le voir. Sur cette partie, il y a seulement deux hôtels donc autant vous dire que ce n’est vraiment pas full sur la plage. Je dirai même que nous n’avons pas croisé grand monde alors que le soir le restaurant était plein ! Car oui, nous avons eu aussi des vraies soirées en amoureux au bord de l’eau. Petits dîners aux chandelles avec des repas très, très bons (mais très chers). Que ça fait du bien de se sentir réellement en vacances ! Un soir, nous avons eu un buffet et nous avons dû partager une grande table avec les gens de l’hôtel. Ce fameux soir, nous avons eu droit à un spectacle Fidjien avec des danses typiques du pays et ce fut assez sympa d’avoir pu y assister.

Nous avons fait seulement une activité sur celle île, sans passer par l’hôtel, car BEAUCOUP trop cher. Non loin de l’hôtel, nous avons trouvé une famille fidjienne qui proposait de vous amenez où vous vouliez à un prix très intéressant. Nous avons donc privatiser , pendant une demi journée, la petite barque pour aller visiter l’île de Nacula, du moins la plage devant le Resort, qui s’appelle Blue Lagon, et l’île de Tavewa. Nous souhaitions aller voir Yaromo Island également, mais cette île vennait d’être achetée par un américain. Il faut payer l’entrée de l’île, 150$ fidjien soit 60€, alors qu’avant,  l’entrée ne coûtait que 20$ Fidjien, soit 8€ par personne… Nous avons donc décidé de faire l’impasse. Malgré tout, nous avons eu un réel coût de cœur pour l’île de Nacula qui fait vraiment plus sauvage que celle où nous étions. Une eau toute aussi cristalline et un jolie lagon devant les hôtels. Pour l’autre île, nous avons moins aimé. Elle est très ventée, la mer est très mouvementée et cela fait moins paradisiaque.

Petit tips : l’île où nous séjournions est la seule île où vous pouvez retrouver une épicerie et un distributeur pour retirer de l’argent !

Troisième île : Matacawalevu

La partie de l’île où nous séjournions à l’hôtel n’était pas du tout jolie et était très ventée. Il y avait que des mangroves devant l’hôtel , impossible de se baigner, mais il proposait un transport gratuit vers les autres îles. Nous sommes encore tombés sur une famille fidjienne qui gérait l’endroit où nous étions, mais à l’opposé de la première, vraiment très, très gentille et généreuse. Ils savaient se faire discret au bon moment, pas trop intrusifs et oppressants et ils se pliaient en 4 pour nous faire passer un bon séjour. Les repas se passent sur une seule et unique table, avec les autres clients de l’hôtel, mais cela nous a moins dérangé car nous avons fait la connaissance d’étrangers (ça nous permet de parler anglais).  Il y a plusieurs bâtiments dans cette hôtel : des dortoirs, des bungalow et des très grandes tentes (c’est ce que nous avions réservées). Nous avons choisi de séjourner dans cet hôtel, pour son prix assez abordable et pour son côté très atypique. Heureusement que la journée nous ne restions pas à l’intérieur de la tente car il y faisait très chaud. Par contre les nuits sont très fraiches et nous avons demandé une seconde couverture. La « douché » à l’ancienne, totalement dehors, dans une sorte de cabane ouverte en bambou et sans eau chaude ! Heureusement qu’il faisait chaud la journée car avant de vous mettre sous la pomme de douche, c’est toute une épreuve pour se conditionner ! Au final on s’y fait et au bout de quelques secondes vous ne sentez même plus que c’est froid (bon j’exagère un peu, mais on dira que c’est supportable et que c’est bon pour la cellulite……. haha).

Nous sommes donc évidemment retournés sur notre ancienne île car c’est celle qui réunit tout ce que nous recherchions. Nous avons également passé une autre journée sur notre île, sur la plage « Long Beach » connue pour sa forme en fer à cheval. Ce côté de l’île ‘était beaucoup plus jolie et il n’y avait pas UN CHAT ! Je ne rigole pas, nous étions les seuls sur cette plage, toute l’après-midi…. Nous avons vraiment adoré cette partie de l’île et surtout de pouvoir être au calme en amoureux. L’eau y est également très belle.

Je tiens à vous dire également que nous étions aux îles Fidji pendant la coupe du monde de football. Nos nuits ont été assez mouvementées avec des réveils un coup à 6h, un coup à 2h, un coup à 5h du matin. Thomas ne souhaitait rien rater, ce que je comprends totalement ! Nous avons d’ailleurs suivi la demi-finale, en haut de la colline de notre hôtel, face à la mer, assis sur un transat avec une BELGE (qu’on a bien chambré à la fin) ! C’est un moment que l’on n’oubliera pas et qui restera gravé dans nos mémoires. Nous avons hurlé de joie et nous sommes sautés dans les bras devant un magnifique levé de soleil.. Un moment inoubliable !

Comme je vous le disais au début de l’article, nous avons assisté à une seconde cérémonie du Kava et je pense que très peu d’entre vous savent de quoi il s’agit. C’est une boisson non-alcoolisée, mais légèrement enivrante, obtenue en broyant la racine d’une plante poivrée, le piper methysticum. La préparation du kava fait l’objet d’une cérémonie plus ou moins informelle, appelée faikava, durant laquelle la boisson est concoctée et partagée par les invités. Vous avez tout un rituel à faire au moment où vous devez boire votre coupe, mais je ne rentrerai pas dans les détails. Je peux juste vous dire que ça vous paralyse un peu les lèvres et le gout (vous allez rire) nous a fait penser au Smecta, (vous savez pas celui aromatisé, mais celui que vous preniez enfant qui nécessitait toujours un combat avec vos parents pour vous le faire boire) et bien c’était la même sensation. Par respect nous en avons bu deux fois, mais pas plus, car si vous ne sortez pas du cercle de la cérémonie, ils continuent à vous servir jusqu’au bout de la nuit. Même si ce n’est pas de l’alcool, ça reste quand même une plante assez puissante qui vous fera vous sentir un peu grisé comme si vous aviez bu plusieurs verres d’alcool.

Notre séjour sur les îles Yasawas s’est donc terminé sur cette cérémonie, qui résume assez bien l’ambiance de ce voyage très particulier, aux îles Fidji.

 

You may also like

Leave a Reply